Lutte intégrée

Notion 101 de la lutte intégrée

La lutte intégrée suppose une approche en six étapes :

1. Identifier les alliés et les ennemis des cultures.

2. Dépister et évaluer la situation : Visiter régulièrement les champs (recherche d'insectes nuisibles) et évaluer la situation globale du champ; quantifier les populations de ravageurs présents et évaluer avec justesse les risques d'infestations en fonction des conditions climatiques du développement du plant ainsi que celui de l'insecte ciblé.

3. Utiliser des seuils d'intervention : Un seuil d'intervention permet d'utiliser un pesticide ou tout autre moyen de lutte au bon moment, avec un maximum d'efficacité. Il doit y avoir plus de bénéfices économiques à lutter contre les ravageurs qu'à ne rien faire et vice versa.

4. Adapter l'écosystème : en le rendant à la fois favorable aux organismes utiles, mais non attrayant pour les organismes nuisibles.

5. Combiner les méthodes de lutte (préventives ou curatives) dans un système intégré de défense des cultures

6. Évaluer les actions posées : Évaluer les conséquences et l'efficacité de l'action. Tout processus décisionnel implique une évaluation de résultats par l'évaluation de la qualité des fruits et du rendement en champ.

L'identification des ravageurs représente la première étape et elle est de loin la plus importante dans le processus de la lutte intégrée.

Cette identification se fait grâce aux diverses techniques de dépistage et d'observation en champs. Ceci permet à l'agronome de déterminer, grâce à des seuils d'intervention préétablis, si un traitement (biologique, mécanique ou chimique) est nécessaire. La lutte intégrée permet de réduire l'utilisation de pesticides en s'assurant que ceux-ci sont utilisés que lorsqu'ils sont réellement nécessaires.

Les dépisteurs qui font partie de notre équipe de travail sont des étudiants qui recherchent une expérience de travail reliée à leur domaine d'études, soit la biologie, la bio écologie ou l'agronomie. Cette aide précieuse, nous l'avons depuis plus d'une quinzaine d'année et c'est grâce à ces équipes de travail, encadrées et formées par les professionnels du Club environnemental et technique atocas Québec (CETAQ) que nous pouvons suivre l'évolution des insectes tout au long d'une saison sur les fermes. Leur présence est primordiale, ils sont nos yeux et nos repères sur les fermes.

Notre équipe se compose de gens passionnés par l'agriculture, l'entomologie, la recherche et la fertilisation.  C'est en découvrant de nouveaux insectes et en faisant face à de nouvelles problématiques que nous améliorons nos connaissances. Ainsi, notre expertise en lutte intégrée ne cesse de grandir et nous en sommes très fiers. 

France Allard, Technicienne agricole, CETAQ

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dépistage

dpistage insecte

Le dépistage, la clé de la lutte intégrée.

Cliquez ici,Chapitre 1 & 2 du Manuel de lutte intégrée p.1 à 10

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Insectes ravageurs

tordeuse des caneberges

Cette rubrique présentera les insectes ayant le potentiel de provoquer d'importants dommages aux plants de canneberges s'ils ne sont pas dépistés.

Insectes: Tordeuse des canneberges, pyrale, arpenteuse noire, vers gris des atocas, spongieuse, charançon

Cliquez ici, Chapitre 3 du Manuel de lutte intégrée p. 13 à 40

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Insectes alliés de la production

abeille 102-0266

La canneberge est une plante entomophile qui nécessite la présence d'insectes pollinisateurs pour en faire la production.

Les parasitoïdes sont aussi nos alliés puisqu'ils peuvent affecter les populations d'insectes ravageurs.

Cliquez ici, Chapitre 4 & 5 du Manuel de lutte intégrée p. 57 & 58 

 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Prédateurs

paruline copy

De façon générale tous les organismes insectivores, prédateurs d'insectes, sont nos alliés. Les oiseaux et chauve-souris en sont de bons exemples. 

Cliquez ici, Chapitre 5 du Manuel de lutte intégrée p.58 à 64

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Maladies

d00440c 

Les maladies observées dans la culture des canneberges sont causées par différentes espèces de champignons.

Les champignons sont des micro-organismes qui se reproduisent à l'aide de spores, lesquelles permettent leur dissémination. Ils peuvent croître dans le sol ou sur un substrat organique mort ou vivant.

Des variations dans la couleur des feuilles, le dépérissement des pousses, la présence de pourriture représentent notamment des symptômes de maladies.

Cliquez ici, Chapitre 6 du Manuel de lutte intégrée p.65 à 75

 -------------------------------------------------------------------------------

 Mauvaises herbes

img 1181

Les mauvais herbes ou plantes nuisibles compétitionnent avec les plants de canneberges. Leurs présences en trop grand nombre peut causer des pertes importantes de rendement.

Cliquez ici, Chapitre 7 du Manuel de lutte intégrée p. 77 à 84

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Traitements phytosanitaires

pesticides rampe 

Les applications de pesticides sont réalisées dans un objectif de lutte intégrée. Le dépistage est la base de nos recommandations. 

Cliquez ici, Chapitre 8 du Manuel de lutte intégrée p. 85 à 93

Cliquez ici, SAgE Pesticides

Bannière
Bannière

petites_annonces

Liste d'envoi

Bannière

Réalisation et hébergement signés tegara.ca / © 2010