Méthode de production

La production de canneberges se distingue de celle de tous les autres petits fruits. Cette plante vivace appartient à la famille des éricacées et peut avoir une durée de vie dépassant les 100 ans. C'est une plante indigène de l'Amérique du Nord. Bien qu'elle pousse naturellement dans les milieux humides, la plante est présentement cultivée sur des sols sableux, mais nécessite une bonne irrigation. Le site doit montrer une nappe d'eau naturellement élevée qui ne descend pas au-delà de 1,2 mètre de profondeur durant la saison sèche.

La disponibilité en eau est importante pour assurer la protection de la culture et faciliter la récolte. La plante est ligneuse et rampante et elle forme des stolons à partir desquels poussent des bourgeons qui fleurissent au début de l'été pour ensuite donner des fruits. Ces derniers arrivent à maturité vers la fin septembre, début octobre pour être récoltés par la suite.

canneberges 2003

Selon l'évolution du fruit ou du bourgeon, la plante exige une protection contre le gel dès que la température oscille entre un degré (1) et moins cinq degré (-5 C) Celsius. C'est alors qu'un système d'irrigation bien rôdé est actionné, souvent au cours de la nuit pour protéger, soit le bourgeon au printemps ou le fruit avant la récolte.

pollnisation nb 001 v2

Hiver

Comme le bourgeon fruitier se forme à l'automne, il est important de le protéger du gel au cours de l'hiver. À la mi-décembre, c'est la période de glaciation, où les champs sont inondés pour recouvrir la plantation d'une couche de glace protectrice d'une épaisseur d'environ 6 pouces au-dessus de la plante. À une température moyenne de -10 C, et souvent moins, les bourgeons à fruits risquent de mourir.

Tous les trois ou quatre ans, les producteurs réalisent ce que nous appelons le sablage. Cela consiste à l'épandage d'une mince couche de sable dans les champs. À la fonte des neiges, le sable tombe au sol et ses nutriments régénèrent le plant, une façon de faire respectueuse de l'environnement. Le sablage permet également de contrôler les mauvaises herbes et les insectes nuisibles. Cette pratique culturale se déroule généralement au mois de janvier ou février. 

Printemps

À l'arrivée du printemps, l'eau est retirée des champs et elle est entreposée dans les réservoirs. La réinstallation des gicleurs permet d'arroser les plants lorsque surviennent des périodes de gels encore fréquentes au cours de cette saison. Les bourgeons et les fleurs peuvent être gravement affectés par les gelées printanières : mortalité des bourgeons ou tombées des fleurs. L'inondation printanière a un effet bénéfique pour lutter contre certains insectes ravageurs de la canneberge.

Aux mois de mai et de juin, les producteurs traitent leurs champs de façon à obtenir un bon pH. Selon les conseils d'agronomes qui ont réalisé des analyses de leur sol au cours de l'automne précédent, les producteurs appliquent des doses de différents engrais prescrits pour assurer le développement des plants de canneberges. Des fertilisants (chaux, souffre, autres minéraux) sont répandus pour assurer une terre propice à la production.

Au besoin, les plants de canneberges sont taillés au cours du printemps. Une lutte intégrée contre les mauvaises herbes et les insectes ravageurs s'engage aussi au cours de cette saison.

Aujourd'hui, presque la totalité des superficies dédiées à la culture de la canneberge fait l'objet d'un dépistage et d'un suivi de fertilisation pour optimiser les applications d'engrais et de pesticides de façon à minimiser les impacts sur l'environnement. L'emploi de technologies comme les phéromones sexuelles permettant de suivre le comportement des insectes fait partie d'une approche de lutte intégrée visant à suivre leur évolution pour déployer des moyens moins nuisibles à l'environnement. Cette lutte intégrée est pratiquée selon des normes bien définies.

fruit en juillet

Été

À la fin du printemps, les bourgeons se transforment en de belles petites fleurs blanches. C'est la période de pollinisation qui débute. La présence des abeilles est fortement appréciée pour le transport du pollen d'une fleur à une autre, favorisant ainsi la fécondation. Plus les fleurs sont butinées, plus il y aura de fruits qui se formeront.

L'été est aussi propice à l'augmentation des insectes et des mauvaises herbes, un dépistage régulier devient nécessaire pour suivre l'évolution des insectes. En culture biologique, le sarclage manuel est nécessaire pour enrayer les mauvaises herbes.

Un bon drainage et une bonne irrigation sont essentiels pour assurer aux plants une croissance optimale. Habituellement, les pluies naturelles comblent les besoins en eau des plants de canneberges. Bien que les canneberges ne poussent pas dans l'eau, elles ont besoin, pour leur croissance, de pousser dans des sols où l'on contrôle l'humidité; c'est-à-dire des sols bien irrigués ou bien drainés selon les conditions. La grande majorité des producteurs possèdent un circuit d'eau fermé, assurant ainsi l'irrigation de leurs champs avec de l'eau de pluie et de la fonte des neiges accumulées dans ses réservoirs.

atocas blandford prodyaz

fruits03

Automne

Les fruits passent de la couleur blanche à la couleur rouge, atteignant un beau rouge vif. Au fur et à mesure que les canneberges mûrissent, le taux de sucre et d'anthocyanine augmente, ce qui les rend plus résistantes au froid. Cependant, elles ne pourront tolérer une température inférieure à – 4 C selon le cultivar. L'arrosage deviendra alors plus fréquent en cette période pour protéger les fruits du gel. Les canneberges frappées par la gelée vont ramollir et ne pourront être récoltées, ce qui représente une perte de rendement pour le producteur.

Au Québec, dès la mi-septembre la période de récolte débute pour se terminer à la fin du mois d'octobre.

photo 07 octobre 08 005

Bannière
Bannière

petites_annonces

Liste d'envoi

Bannière

Réalisation et hébergement signés tegara.ca / © 2010